Le management des talents par Michael Jackson !

Je suis tombé hier soir sur « This is it » diffusé en hommage à Michael Jackson. L’émission retrace les répétitions de ce qui devait être sa future tournée. Michael Jackson est à lui tout seul un ouvrage sur le management des talents ! D’abord parce que quoi que l’on puisse en penser, cet artiste était hors du commun. Ce qui fait forcément émerger mille réflexions sur la notion de talent.Ensuite parce qu’un artiste ne peut exister tout seul, il a besoin d’une équipe : un producteur, des musiciens, un tourneur, etc. L’émission montre bien que la qualité du concert dépend autant de la capacité de Michael à donner le meilleur qu’à la capacité de chaque membre de son staff à faire de même. Ce qui se rapproche beaucoup du fonctionnement d’une équipe en entreprise travaillant sur un projet donné.

Voici quelques réflexions que le film m’a inspiré.

  • Michael est un perfectionniste

La première chose qui m’a fasciné, c’est que Michael est un bosseur acharné, un perfectionniste qui ne laisse strictement rien au hasard. A l’inverse de certaines personnes qui présentent des facilités et qui se contentent de fournir le minimum d’efforts pour produire un résultat satisfaisant, Michael traque le moindre détail, qu’il s’agisse de l’éclairage, du décor, d’un costume ou des morceaux bien sûr. Ce qui tend à démontrer une nouvelle fois que la réussite, c’est « 10% de talent et 90% de boulot » ;)

  • Michael a une présence

Ce que beaucoup de membres de son équipe soulignent, c’est que Michael à une présence ! Il s’agit de la célèbre notion de leadership chère à l’entreprise. Lorsqu’il arrive, il inspire une forme de respect immédiat qui donne envie aux autres de le suivre, de l’écouter, de se dépasser. Le leadership, la présence, le charisme, quel que soit la façon dont on l’appelle, est cette forme d’étincelle qui permet à une équipe d’avancer de façon coordonnée.

  • Michael pousse les autres à se dépasser

Il y a une séquence que j’ai trouvé particulièrement intéressante, celle où il pousse sa guitariste à tenir une note dans les aigus afin d’être la « star » du moment, celle qui doit être le centre de toutes les attentions à ce moment de la chanson. Il la fait reprendre plusieurs fois, mime ce qu’elle doit faire, l’encourage, la harangue, jusqu’à obtenir d’elle ce qu’il a en tête. Certains pourraient voir là une forme de tyrannie. J’y vois personnellement le signe qu’il attend de chacun qu’il donne le meilleur de lui-même et puisse produire des choses dont l’intéressé ne se croyait peut-être pas capable. La force de travailler pour quelqu’un d’aussi talentueux et exigeant est qu’il vous tire vers le haut, même si cela n’est pas forcément de tout repos.

  • Michael prend du plaisir

A un autre moment du concert, il continue de danser alors que la séquence est terminée, pendant que tous les autres l’admirent et l’applaudissent. Là encore, on peut y voir une forme de narcissisme, ce qu’il était obligatoirement car on ne peut remplir des stades entiers et occuper ce genre de métier sans être un peu narcissique. Mais j’y ai plutôt vu le fait qu’il prenait un immense plaisir à exercer son art, et un immense plaisir à voir les yeux des autres briller.

  • Michael est « barré »

Durant les répétitions, il alterne les rondes unificatrices où il clame des grands « I love you » à son équipe, les moments où il associe la musique et le concert au sauvetage de la planète. On se souvient évidemment qu’il a dans les années 80 vécu dans une bulle à oxygène et de ses mille péripéties. De toute évidence, il n’est définitivement pas semblable au commun des mortels. Mais finalement, pour faire une telle carrière, avoir une vie telle que la sienne, faite de hauts très hauts et de bas très bas, ne faut-il pas être un peu « barré », c’est-à-dire vivre dans son univers ? Probablement…. Et c’est probablement dans ce même univers qu’il tirait son inspiration, sa « foi » telle qu’il la décrivait, son énergie aussi lui permettant de tant donner après plus de 40 ans de carrière, etc. Et tous les artistes de ce niveau-là ne sont-ils pas un peu tous particuliers ?

Alors finalement, en finissant de regarder l’émission, on se dit que lorsqu’on applique le mot talent à ce type de phénomène, c’est probablement pour signifier que la personne en question à ce « quelque chose en plus » que l’on n’expliquera et ne comprendra jamais vraiment. Mais s’il fournit à d’autres la motivation pour travailler avec acharnement, se dépasser, et combiner plaisir et excellence, c’est déjà bien assez ;)

Alex

Directeur Produits chez TalentSoft - logiciel de gestion des talents // Bloggeur via Les Talents d'Alex où j’aborde les thèmes phares des RH

6 thoughts on “Le management des talents par Michael Jackson !

  • 30/06/2012 at 9:53
    Permalink

    Bonjour,

    Je souhaitais réagir sur le commentaire de nibac. Vous évoquez les RH et l’utilisation qu’elles font du mot « talent », mais je souhaite apporter quelques éclaircissements sur ce sujet.
    Il ne faut pas confondre les termes « talent » et « compétence », qui sont bien distincts. Ce que les RH recherchent bien généralement lors d’un recrutement, quel que soit le niveau de poste, c’est une aptitude du candidat à pouvoir exercer le métier (et donc tenir le poste sur la durée). En ce sens, il s’agit bien d’une recherche de compétences. On n’a effectivement pas forcément besoin que le futur salarié soit talentueux pour ce qu’on a à lui donner à faire !

    Le talent, lui, c’est ce « petit quelque chose en plus » que peuvent avoir certaines personnes et qui vont les faire se démarquer par rapport aux autres, car c’est ce qui les rend plus performantes que les autres sur un même poste. Il est intéressant pour une entreprise de savoir détecter au sein de son personnel quels sont les salariés qui peuvent être considérés comme des talents pour ensuite en tirer le meilleur profit.
    Généralement, ces personnes vont être considérées comme des « high potential » et leur carrière va avoir tendance à évoluer plus vite que les autres. L’enjeu étant pour l’entreprise de rentabiliser au maximum ses ressources et de permettre à ces personnes d’exprimer… tout leur talent, dans la pleine dimension du terme. Ce qui permet à l’entité d’obtenir un avantage concurrentiel, et c’est bien là que la gestion des talents prend tout son sens.

    Quant à savoir si Mickaël Jackson était un homme de talent… A titre personnel, je considère que le terme est tout à fait inapproprié. Pour ma part, c’était (et restera) un véritable génie de la musique :)

    Reply
    • 01/07/2012 at 7:41
      Permalink

      Cher Cyril, merci beaucoup pour ce commentaire éclairé auquel je souscris pleinement !
      Bonne soirée.
      Alex

      Reply
  • 28/06/2012 at 8:21
    Permalink

    Autre lecture si vous permettez à quelqu’un qui n’a jamais trouvé le moindre talent à ce chanteur produit d’une logique marketing depuis sa plus « tendre » enfance ….

    Le management des talents consisterait à faire bouger des zombies
    Le management des talents consiste à vivre dans un monde de bisounours ou les collaborateurs/enfants se voient corrompus
    Le management des talents, c’est 0% de talent 50% de marketing 50% de boulot (dont une large part de marketing)
    Le management des talents est une lobotomisation des collaborateurs/fans

    Etc…

    Le management des talents c’est bien autre chose… Et cela je pense nous le partageons. Mais de tels raccourcis abouti à réduire le management des talents au seul management.

    Bien cordialement
    FG

    Reply
    • 28/06/2012 at 9:28
      Permalink

      Bonjour François.
      Merci pour cette contradiction vive et tranchée, je finissais par me demander si ce n’était pas ma mère qui rédigeait tous ces commentaires bienveillants….

      Michael Jackson a révolutionné l’industrie musicale avec le clip Thriller en faisant d’une simple vidéo un véritable court-métrage. Il a avec ce même clip permis de lever les limites de temps de diffusion des artistes noirs qui pesaient jusque là. Si faire danser des zombies n’a été qu’un coup marketing, ce coup marketing a malgré lui fait bouger les lignes…

      Michael ne s’est toujours entouré que des plus grands ! Quincy Jones a produit l’album Thriller, Donna Summer l’avait prise des années avant sous son aile, Martin Scorcese a réalisé Bad, les plus grands artistes américains avaient répondu présent à son appel de « We are the World ». Pas sur que ces grands artistes se seraient mobilisé pour Jordy (l’interprète de « Dur dur d’être un bébé »).

      Quand un artiste remplit les stades et salles de concert durant plusieurs décennies, qu’il vend des disques par millions, à partir de quand faut-il se demander si notre acception du mot talent n’est pas à revoir ? Je pense que l’on peut simuler un talent sur un projet donné, sur un temps très court, dans un environnement bien spécifique, mais peut-on le faire toute sa vie ? Talent signifiant bien ici : aptitude exceptionnelle dans son domaine.

      Si ce n’est pas le cas, je me mets à la rédaction d’un billet sur Elvis Presley ! :)

      Encore merci pour votre commentaire.
      Alex

      Reply
      • 28/06/2012 at 1:40
        Permalink

        Bonjour,

        J’aime beaucoup la vision que vous avez tous les trois du Talent.
        Si l’on essai de synthétiser ce qui est dit , je dirais :

        1) On aime ou on aime pas M.J. C’est une affaire de gout.
        Personnellement je suis emerveillé par cet artiste mais je connais beaucoup de gens qui ne l’apprécie pas particulièrement.
        2) Est ce que M.J avait du Talent ?
        M^me si on n’aime pas quelqu’un, on peut lui reconnaitre du Talent.
        En l’occurrence, si l’on reprend la définition du Robert, avoir du Talent, c’est « posséder une disposition particulière pour faire quelquechose ».
        Or M.J posséder bien cette disposition particulière à danser (chorégraphie, souplesse, rythme) epoustouflants et aussi à faire danser (que françois regarde le nombre de fois qu’a été joué Beat it en soirée). Dans ce sens éthymologique là,oui, c’est indéniable, M.J avait du Talent.
        3)Le terme Talent est il galvaudé, sur utilisé et a t’il un effet lobotomisateur ?
        Là je suis un peu d’accord avec François.
        Il est utilisé à tort et à travers dans la gestion R.H et dans l’entreprise.
        On considère que tout le monde a ou devrait avoir du Talent dans ce qu’il fait, que tous les job demandent du Talent.On parle de gestion des Talents !

        C’est du marketing social. Là, effectivement, on prend un peu les gens pour des gogos.
        Cela évite de parler des frais problèmes de légitimité des managers, de parler des difficultés rencontrées sur les postes dits répétitifs et/ou à très faible valeur ajoutée, pour lesquels on devrait être bien content de trouver du personnel « normal » sans aucune « disposition particulière », et qui ne revendique absolument aucun Talent (en tout cas pour le JOB)

        Rien n’empeche la personne en question d’etre par ailleurs un excellent musicien.
        Mais la mode est un peu à la confusion des valeurs.Certains mots se vident de leur sens.
        Le vocabulaire se restreint et s’appauvrit, des anglicisme apparaissent dans chaque idée, dans chaque phrase.

        MichelAnge ou Léonard e Vinci doivent parfois se retourner dans leur tombe…
        Jean

        Reply
        • 28/06/2012 at 8:40
          Permalink

          Bonjour Jean.
          Egalement d’accord avec vous pour dire que le terme talent est souvent galvaudé, c’est même l’une des raisons qui m’a poussé à créer ce blog :)
          Néanmoins, le fait de considérer que tout le monde a du talent n’est pas forcément démagogique, mais comme vous le dites, il peut s’agir d’un talent qui n’a rien à voir avec le poste que l’on occupe. Et OUI, tous les emplois ne nécessitent pas d’avoir un MJ pour l’occuper.
          D’où l’importance de développer plus fortement la notion de « planification » des talents visant précisément à indiquer quel type de talent est requis sur quel type d’emploi, et sur quelle durée, plutôt que de chercher à niveler les besoins.
          Mais cela mériterait encore un autre post ;)
          Encore merci.
          ++
          Alex

          Reply

Laisser un commentaire