Lors d’une conversation à l’Apéro RH de ce soir, j’ai dit à une personne avec laquelle je discutais : « Si tu veux savoir si tu aimes ton job c’est très simple : continuerais-tu à bosser si c’est toi qui avais gagné les 169 millions d’euros de l’Euro Millions ? ».

J’ai dit ça sous forme de boutade, mais à bien y réfléchir, la réponse est imparable ! Si la réponse à cette simple question est « non », alors il y a plusieurs solutions :

  • Vous occupez votre job pour gagner de l’argent. Si vous raflez la cagnotte et que vous êtes à l’abri du besoin, plus de raison de continuer
  • Vous aimez ce que vous faites mais pensez que vous aurez quand même mieux à faire avec votre argent.

Si la réponse est « oui », alors c’est que vous n’occupez pas votre job uniquement pour de l’argent mais que vous y trouvez un réel intérêt. En tout cas un intérêt suffisant pour avoir envie de continuer, même en étant riche. Mais soyons honnêtes : il y a peu de chances que vous acceptiez encore que quelqu’un vous aboie dessus, qu’il s’agisse de votre manager ou d’un collègue, parce que vous aurez une alternative qui vous permet d’éviter ce type de désagrément…. De façon réaliste, on peut probablement conserver son job même après avoir gagné le gros lot, mais moyennant quelques aménagements. Plus le nombre d’aménagements considérés est important, moins votre job correspond à votre idéal. Ou a minima, cela signifie que les conditions dans lesquelles vous l’exercez sont à revoir.

Voici quelques indicateurs supplémentaires permettant de répondre à la question initiale :

  • Lorsque vous allez vous coucher, avez-vous une appréhension, une boule au ventre, en pensant à votre journée du lendemain ?
  • Lorsque vous partez du boulot, avez-vous le sentiment d’avoir « accompli » quelque chose, d’avoir vécu des moments enrichissants, en vous disant : « today was a good day » (même sans être un amateur d’Ice Cube ;)
  • Avez-vous le sentiment que votre travail vous permet de vous accomplir en tant qu’individu, et pas simplement du point de vue professionnel ?
  • Votre job est-il en resonance avec l’une de vos passions ?
  • Quand vous êtes en vacances, passée la naturelle période de décompression, commencez-vous à repenser à tout ce que vous pourriez faire, modifier, à bâtir des projets, à « bouillonner » ? Ou vous dites-vous au contraire : si seulement je gagnais à l’Euro Millions….
  • Avez-vous des modèles ? Des gens qui incarnent ce que vous souhaiteriez devenir sur ce job ?
  • Prenez-vous sur votre temps privé pour lire, chercher des informations, apprendre quelque chose qui vous serait utile pour votre travail ? Et le faites-vous avec enthousiasme, souriant, devant votre ordi avec un petit verre à côté, ou au contraire comme une corvée dont vous avez hâte de vous débarrasser ?
  • Et que seriez-vous prêt à faire pour changer de job ? Et pour le garder ?

Ces questions peuvent sembler un peu triviales, mais finalement, ose-t-on vraiment se poser cette simplissime question ? N’avons-nous finalement pas peur de la réponse ? Et si la réponse est « non », avons-nous des options pour améliorer la situation ? Lesquelles ? Cela fera l’objet du prochain post ;)